Funérailles - obsèques

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Lorsque qu'un proche décède, on organise pour lui des « obsèques », un ensemble de rites, de gestes, de paroles qui aide à le « suivre » jusqu’au bout de son chemin terrestre. Se rassembler à l’église pour des funérailles chrétiennes, c’est faire mémoire du Christ, mort et ressuscité qui a promis une vie sans fin à ceux qui ont foi en cette espérance.

 

* Les demandes de funérailles à l’Eglise se font par l’intermédiaire de la société de pompes funèbres contactée au préalable par la famille.

La mort d’un proche, parent ou ami, suscite la compassion toute particulière de l’Eglise et des chrétiens. L’Eglise accompagne tous ceux qui en font la demande dans leur démarche de deuil :
         - En offrant une présence de consolation
         - En priant avec foi et espérance pour que le proche défunt soit purifié et accueilli par le Seigneur plein de miséricorde en ce moment où il s’apprête à le rencontrer face à face.

La cérémonie des funérailles est un temps pour celui qui est parti, pour se souvenir des beaux moments passés avec lui. Quand on dit « au revoir », c’est qu’avant on a vécu de belles choses ensemble. Un moment pour pardonner ce qui ne l’a pas été et pour laisser partir.

Le rituel des funérailles de l’Eglise catholique hérite de sa longue tradition religieuse et culturelle. Il s’articule autour de grands signes de la foi chrétienne.

La Croix de Jésus
En l’accueillant à l’entrée de l’église, le prêtre fait sur le cercueil le signe de la Croix de Jésus. Le Fils de Dieu a voulu être solidaire à notre souffrance. Il a donné sa vie pour que nous puissions entrer dans la vie. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils » (Jean 3,16)

La Lumière de la Résurrection
Devant l’autel se tient une grande bougie, le « Cierge pascal », allumé en la vigile de Pâques, fête de la Résurrection de Jésus. En lui, la mort n’a pas eu le dernier mot. Au troisième jour, il est ressuscité. La Résurrection de Jésus est une vraie source d’espérance pour le chrétien : nous croyons que Jésus appellera celui qui est mort à ressusciter avec lui.

La Parole de la consolation
On écoute trois extraits de la Bible : une lecture de l’Ancien ou du Nouveau Testament, un Psaume, un passage de l’Evangile. Ces textes sont sélectionnés par la famille et les proches parmi une liste assez large et variée lors de la préparation de la cérémonie. L’Ecriture Sainte et une « lettre ouverte de Dieu à l’homme ». Le Seigneur qui connaît notre cœur est capable de nous rejoindre et de nous consoler même dans les moments de grande souffrance que peut être le départ d’un proche.

L’eau de la purification et de la vie
L’eau rappelle le baptême dans lequel le défunt a été plongé dans la mort avec le Christ pour ressusciter avec lui. Elle est aussi le signe de la purification dont toute personne a besoin, purification qui lui est donnée par le Seigneur lui-même, lui source de toute bonté et pureté. Ainsi il pourra marcher sereinement et avoir la vie en plénitude. « Exultant de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut » (Isaïe 12,3).

L’encens de la considération et de la prière
Encenser le défunt exprime d’abord, simplement, le respect pour ce corps créé à l’image de Dieu. C’est un signe de la foi en la dignité de ce corps appelé à ressusciter à la suite de celui de Jésus. L’encens symbolise aussi notre prière qui monte vers le Seigneur.

L’au revoir
En se retirant de l’église ou du cimetière, les proches venus prier pour le défunt et l’accompagner disent au revoir. Nous espérons qu’un jour nous nous reverrons autour du Seigneur, accueillis par son cœur plein de bonté et de miséricorde. « Jeunes et vieux se réjouiront ensemble. Je change leur deuil en joie, les réjouis, les console après la peine » (Jérémie 31,13).
 

 

 

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+